25/04/2007 -Gliese 581c, première planète extraterrestre compatible avec la vie


Gliese 581c, première planète extraterrestre
compatible avec la vie

Par Jean Etienne, Futura-Sciences

La découverte autour de l'étoile Gliese 581 (Gl 581) d'une planète extraterrestre marque une étape importante car, pour la première fois, celle-ci réunit toutes les caractéristiques considérées comme indispensables à l'apparition éventuelle d'une forme de vie.

Depuis maintenant douze années, les scientifiques ne cessent de détecter des planètes en dehors de notre Système solaire. Depuis la première découverte par Michel Mayor en 1995, les observations se sont succédées et leur nombre approche à présent les 230.

Mais la plupart n'ont amené que des déceptions. La majorité ne sont que des astres morts, en orbite autour d'un cadavre stellaire qui les a enveloppées de ses rayonnements mortels avant d'agoniser. On connaît aujourd'hui des planètes en orbite autour d'étoiles normales, d'étoiles géantes, d'étoiles naines, d'étoiles doubles, et même d'étoiles triples. On a même observé des planètes solitaires qui ne tournent autour de rien du tout.

On connaît des mondes recelant des traces d'eau, des géantes gazeuses, et même des planètes potentiellement rocheuses comme la nôtre. Certaines ont été photographiées. Mais aucune ne présentait cette dose minimale d'hospitalité qui aurait fait entrevoir une possibilité, même réduite, d'abriter la vie. Aussi la découverte de Gliese 581c représente-t-elle un intérêt exceptionnel.

L'étoile Gliese 581. Crédit ESO.
L'étoile Gliese 581. Crédit ESO.

Les scientifiques disposent maintenant de plusieurs technologies pour mettre en évidence les mondes extraterrestres. Pour Gliese 581c, c'est l'analyse de la vitesse radiale de son étoile qui a été utilisée, sur la base des données obtenues au moyen du télescope Harps (High Accuracy Radial Velocity for Planetary Searcher) de 3,6 mètres de l'observatoire européen (ESO) de la Silla, au Chili. Une planète en orbite imprime à son soleil de légères oscillations par effet gravitationnel, et la mesure de celles-ci permet non seulement d'en détecter la présence, mais encore d'en déterminer la masse, la vitesse de révolution ainsi que la distance à l'étoile. Mais ce n'est pas tout, l'analyse fine de ces données permet aussi de déterminer si ces oscillations sont provoquées par un ou plusieurs objets, et d'en calculer les caractéristiques. On appréciera mieux l'extrême difficulté de mettre ces déplacements en évidence en signalant que dans le cas de Gliese 581, la vitesse radiale mesurée est de 2 à 3 mètres par seconde, soit environ 9 km/heure !

Schémas des vitesses radiales mesurées induites par les trois planètes connues orbitant autour de Gliese 581. En haut, Gliese 581 b, découverte en 2005. Au centre, Gliese 581c et en bas Gliese 581d, qui représente 8 fois la masse de la Terre et dont la vitesse de révolution est de 84 jours. Crédit ESO.
Schémas des vitesses radiales mesurées induites par les trois planètes connues orbitant autour de Gliese 581. En haut, Gliese 581 b, découverte en 2005. Au centre, Gliese 581c et en bas Gliese 581d, qui représente 8 fois la masse de la Terre et dont la vitesse de révolution est de 84 jours. Crédit ESO.

Gliese 581 est une étoile de type naine rouge située à 20,5 années-lumière de nous, dans la constellation de la Balance. Une première planète avait déjà été détectée il y a 2 ans, Gliese 581b, comparable à Neptune (15 fois la masse de notre Terre) et orbitant en 5,4 jours. Gliese 581c, la dernière découverte, tourne en 13 jours seulement à une distance de 11 millions de kilomètres (contre une moyenne approximative de 150 millions de km pour la Terre. Elle mesurerait 1,5 rayon terrestre et sa gravité en surface serait de 2,2 g.

La proximité de la planète par rapport à son étoile pourrait faire conclure un peu trop rapidement à des conditions incompatibles à la vie telle que nous la connaissons. Eh bien non, car cette dernière est une naine rouge, bien moins chaude que notre Soleil, de sorte que la température de surface de la planète est estimée entre 0 et 40°C. Autrement dit, Gliese 581c est parfaitement à même de retenir des océans d'eau liquide, ce solvant indispensable à l'élaboration des matières organiques complexes qui ont permis notre propre émergence.

"En raison de sa température et de sa relative proximité de la Terre, cette planète va devenir très probablement une cible très importante des futures missions spatiales consacrées à la vie extra-terrestre", se réjouit un des auteurs de la découverte, Xavier Delfosse, de l'université de Grenoble.

Une troisième planète, Gliese 581d, orbite également autour de l'étoile, mais sa masse (8 x la Terre) et la distance de son orbite, parcourue en 84 jours, la rend nettement moins propice à la vie.

 

Vue d'artiste de ce que pourrait être Gliese 581c.

Vue d'artiste de ce que pourrait être Gliese 581c.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site