22/11/2008 -Mars: Vastes glaciers enfouis détectés.

BREVES EMMISSIONS LOCALISEES DE METHANE DETECTEES SUR MARS:

Les scientifiques planétologues au Goddard Space Center de la NASA disent qu'ils ont détecté des sources ponctuelles d'émission de gaz de méthane, sous forme de bouffées extrêmement localisés dont la concentration se fane rapidement dans le temps. Une large distribution atmosphérique stable dans le temps indiquerait un équilibre entre des sources géologiques et la destruction du gaz par la lumière du soleil mais de telles sources localisées pourrait suggérer des sources beaucoup plus actives: le chef de l'équipe de la NASA, Michael Mumma, a proposé que des bactéries souterraines pourraient produire ces irruptions de courte durée.

DE GRANDS GLACIERS ENFOUIS DETECTES:

Le Scientific American rapporte que les données du Mars Reconnaissance Orbiter indiquent de vastes glaciers enfouis sous des couches minces des débris de surface. Les données du radar de pénétration sur MRO ont indiqué que deux endroits bien connus de latitude moyenne se composent de glace d'eau. L'un a environ trois fois la taille de la ville de Los Angeles.

DES NOUVELLES DE LA FAMEUSE METEORITE DU LAC TAGISH:

William Jeffs
Johnson Space Center, Houston
281-483-5111

11.30.06
COMMUNIQUE: J06-103

Les scientifiques de la NASA trouvent de la matière organique primordiale dans une météorite

Les chercheurs de la NASA au Johnson Space Center, Houston, ont trouvé des matériaux organiques qui se sont formé dans les périphéries les plus éloignées du système solaire préservés dans une météorite unique. L'étude a été réalisée sur la chondrite carboné du lac Tagish, un type rare de météorite qui est riche en composés organiques (composés carbonés).

La matière organique dans les météorites est un sujet d'intérêt intense parce que ce matériel s'est formé à l'aube du système solaire et a pu avoir ensemencé la terre tôt avec les briques de la vie. La météorite du lac Tagish est particulièrement précieuse pour ce travail parce qu'une grande partie en a été trouvée juste après sa chute au-dessus du Canada en 2000 et a été maintenue dans un état gelé, réduisant au minimum la contamination terrestre. La collecte et la gestion des échantillons de la météorite ont préservé son état primitif.

Dans un papier publié dans le numéro du 1er décembre du journal Science, l'équipe, dirigée par le scientifique Keiko Nakamura-Messenger de la NASA, rapporte que la météorite du lac Tagish contient des globules organiques creux sous formes de nombreuses cavités de submicrométriques.

"Des objets semblables ont été rapportés dans plusieurs météorites depuis les années 60. Certains scientifiques ont pensé que c'étaient des organismes de l'espace, mais d'autres ont pensé que c'étaient juste de la contamination terrestre," a dit Nakamura-Messenger. Les mêmes globules organiques en bulles ont été trouvés dans cette météorite, la plus fraîche jamais reçue de l'espace." Mais dans le passé, il n'y avait eu aucun moyen de déterminer de façon certaine d'où venaient ces globules organiques parce qu'ils étaient simplement trop petits. Ils ont seulement 1/10.000 de pouce de taille ou moins."

En 2005, deux nouveaux puissants instruments de nano-technologie ont été mis en place au laboratoire scientifique du Johnson Space Center. Les globules organiques ont été trouvés d'abord dans des tranches ultra-minces de la météorite avec un nouveau microscope électronique à transmission JEOL. Il a fourni des informations structurales et chimiques détaillées au sujet des globules. Less compositions isotopiques des globules organiques ont alors été analysées avec un nouveau spectromètre de masse, le Cameca NanoSIMS, le premier instrument du genre capable de faire cette mesure cruciale sur de objets aussi petits.

Les globules organiques dans les météorites de lac Tagish se sont avérés avoir des compositions isotopiques très peu ordinaires en hydrogène et en azote, montrant que ces globules ne sont pas venus de la Terre.

"Les rapports isotopiques dans ces globules prouvent qu'ils se sont formés à des températures d'environ de -260° C, proches du zéro absolu," a dit Scott Messenger, le scientifique de l'espace de la NASA co-auteur du papier. "Les globules organiques provenaient très probablement du nuage moléculaire froid qui a donné naissance à notre système solaire, ou des périphéries les plus éloignées du système solaire à son origine."

Le type de météorite dans lequel les globules ont été trouvés est également si fragile qu'il se brise généralement en poussière pendant son entrée dans l'atmosphère de la terre, dispersant son contenu organique à travers une large zone. "Si, comme nous le suspectons, ce type de météorite tombait sur la terre dans toute son histoire, alors la terre a été ensemencée avec ces globules organiques au moment même où la vie y apparaissait," a dit Mike Zolensky, scientifique en minéralogie spatiale de la NASA et co-auteur du papier.

L'origine de la vie est un des problèmes non résolus fondamentaux en sciences naturelles. Certains biologistes pensent que cela la fabrication d'une forme de bulle est la première étape sur le chemin vers la vie. "Nous pouvons avoir franchi un étape de plus quant à savoir d'où sont venus nos ancêtres," a dit Nakamura-Messenger.

- fin -

Traduction ci-dessus non officielle par l'auteur de ce site; communiqué original à: www.nasa.gov/centers/johnson/news/releases/2006/J06-103.html

Les quelques scientifiques affirmant qu'il n'existe pas de matière organique sur Mars devraient essayer d'expliquer par quel miracle cela se pourrait.

MARS, EXOPLANETOLOGIE ET EXOBIOLOGIE AU SEMINAIRE LPI/NASA:

Plus d'une centaine de scientifiques ont participé à la "Second Conference on Early Mars: Geologic, Hydrologic, and Climate Evolution and the Implications for Life" du 11 au 15 octobre à Jackson Hole dans le Wyoming, accueillis bureau par le Lunar and Planetary Institute (LPI), la NASA, et le bureau des missions martiennes de la NASA.

Le planétologue Steve Clifford du LPI a dit: "un des nouveaux résultats les plus significatifs rapportés lors de la réunion était qu'il est évident que Mars a subi plusieurs de ses changements les plus importants beaucoup plus tôt dans son histoire qu'one ne le pensait précédemment." Sur la formation rapide du noyau, le développement de la dichotomie dans la croûte et le déclin rapide de l'écoulement de la chaleur géothermique, il a dit:

"Etonnamment, tous ces événements semblent s'être produits dans les 50 à 100 premier million d'années d'existence de la planète," et ceci a été relié à la découverte du rôle potentiel joué par de grands impacts pendant cette même période.

Il a dit que les simulations indiquent que le plus grand de ces impacts a pu avoir soufflé une fraction significative de l'atmosphère primitive de Mars. Les impacts qui ont produit des cratères les plus importants pourraient avoir affecté le climat sur une échelle régionale et globale, créant des conditions environnementales passagères capables de soutenir des précipitations continues durant des années ou des décennies.

Il a ajouté: "Il y a maintenant des indices très forts que Mars était anciennement riche en eau et a pu avoir possédé des eaux superficielles et de la glace qui se sont étendus sous forme de grandes mers voir un océan primordial, couvrant peut-être un tiers de la planète."

Les indices vont des observations orbitales des terrains avec des couches d'apparences sédimentaires et de possibles lignes de rivages anciens, les recherches sur-place dans les plaines du nord sur la minéralogie et les preuves sédimentaires récemment découvertes par le rover Opportunity dans Meridiani Planum.

"Les implications de ces résultats commencement juste à être absorbés par la communauté [des scientifiques qui étudient] Mars, pourtant elles ont déjà sensiblement changé notre compréhension de l'évolution initiale de la planète."

Lynn Rothschild, scientifique en de la branche EcosystèmeS et Technologie du Ames Research Center de la NASA a indiqué: "la vie est incroyable et les limites de ce que nous savons être où la vie peut se maintenir - des données de la planète Terre - s'étend sans arrêt et loin au delà de ce que nous pourrions avoir présumé. Il y a une différence de perspective entre les biologistes et les spécialistes des planètes concernant les conditions dans lesquelles la vie pourrait prospérer. Les organismes ne recherchent pas une moyenne globale. En tant que microbe, donnez-moi juste 100 microlitres d'eau liquide et je suis heureux. De toute façon, je certainement n'ai pas besoin d'un océan! Pensez en terme de micro-environnement."

Les scientifiques ont convenu que les récentes missions Odyssey et Spirit ont montré les évidences pour l'eau et l'énergie pour des micro-organismes. Les résultats indiquent qu'il y avait à la fois de grands corps d'eau liquide sur Mars et qu'il y avait des fluides portant oxyder et désoxyder des couches proche de la surface proche, ce qui a eu comme conséquence la précipitation des "myrtilles". Certains se sont demandés pour combien de temps des conditions aussi favorables pour la vie ont existé.

La panspermie a été également beaucoup discutée. Le scénario a reçu beaucoup d'appui dans les années récentes est: la vie pourrait avoir commencé sur Mars et avoir été transférée vers la terre, et ensuite s'éteindre sur Mars.

Jack Farmer, un astrobiologiste de l'Université d'Etat de l'Arizona dans Tempe, a dit dans une interview à Space.com que l'idée que Mars pourrait avoir joué le rôle d'hôte pour lancer des microbes vers la Terre, aussi bien qu'être une planète où une deuxième genèse pourrait avoir également eu lieu "sont les deux compétiteurs pour une origine de la vie sur Mars et ils méritent une considération sérieuse."

"Je pense également à l'idée d'une "guerre des mondes" sur Mars entre les formes de vie d'origine martiennes et celles qui sont arrivés de la terre est une possibilité sérieuse," a dit Farmer. "Et cette perspective soulève quelques questions essentielles: qui gagnerait? Y a-t-il la possibilité d'une coexistence concurrentielle entre les formes de la vie qui ont commencé sur une base différente?"

"La bonne nouvelle est que ces hypothèses alternatives semblent être testables dans le contexte de futures missions. Mais cette discussion indique également, là encore, l'importance de la protection planétaire et le potentiel de rétro-contamination lors d'un retour d'échantillons Martiens."

L'article de space.com (en anglais): http://www.space.com/scienceastronomy/mars_life_041213.html

Le site web du séminaire (en anglais): http://www.lpi.usra.edu/meetings/earlymars2004

 


L'AMMONIAQUE DECOUVERT PUIS NON-DECOUVERT SUR MARS REDECOUVERT SUR LE SITE DE L'ESA:

En voilà une bien bonne.

Le Professeur Formisano de l'ESA a trouvé de l'ammoniaque sur Mars, a dit BBC news. Puis, le magazine scientifique Nature a dit que Formisano insiste maintenant de ce qu'il n'a pas découvert d'ammoniaque sur Mars (voir les nouvelles précédentes de cette page).

Sur le site web de l'ESA, le contraire a été publié:

http://sci.esa.int/science-e/www/object/index.cfm?fobjectid=34633

"Un spectre composite du PFS parmi plus de 1600 mesures. Est indiqué le détail des données existantes et les indications de certaines des questions sans réponse. Les espèces gazeuses sont indiquées: CO, CO2, HÒ, HDO, NH3, S est pour la ligne solaire. Le spectre solaire est essentiellement inconnu dans la moitié de la région du PFS - ce sont les premières mesures depuis l'espace à la résolution spectrale moyenne du spectre solaire. Déterminer si une ligne relève du soleil ou est d'origine martienne est une tâche compliquée. Il y a beaucoup de régions avec des détections qui ne sont pas encore identifiées."

L'ammoniaque est pratiquement la preuve qu'il y a la vie actuellement sur Mars (en plus des nombreuses autres évidences, voir le reste de ma section Mars).

Voici le spectre publié par l'ESA montrant l'ammoniaque, provenant de leur page http://sci.esa.int/science-e/www/object/index.cfm?fobjectid=34633

PAS DE DECOUVERTE D'AMMONIAQUE SUR MARS:

Après l'annonce par Formisano de l'ESA que son équipe a détecté de l'ammoniaque sur Mars, les journalistes ont voulu en savoir plus: de fait la découverte de l'ammoniaque serait pratiquement une preuve de vie actuelle puisque les conditions sur Mars le dégradent en quelques heures et qu'il n'y a aucun processus géologique qui pourrait constamment en produire.

Cependant, Formisano a maintenant insisté auprès du magazine scientifique Nature: il n'a pas détecté l'ammoniaque. Il a seulement "proposé avec optimisme proposé que son équipe pourrait l'avoir détecté" dans un abstract pour une récente conférence.

Un autre scientifique, Mike Mumma, a dit que son équipe a passé dix ans à rechercher l'ammoniaque et ne l'a jamais trouvé, et que Formisano ne peut pas le détecter parce que l'instrument de Mars Express ne le permet pas.

DE L'AMMONIAQUE DETECTE, UN SIGNE DE PLUS DE VIE PRESENTE SUR MARS:

La signature spectrale de l'ammoniaque a été détectée près par le senseur du spectromètre de Fourier (PFS) à bord de la sonde Mars Express de l'Agence spatial Européenne (ESA).

Comme le méthane, signe précédemment détecté d'activité biologique, l'ammoniaque ne peut pas survivre davantage que quelques heures dans l'atmosphère Martienne. Ceci signifie qu'il doit être constamment produit.

Le méthane et l'ammoniaque sont interprétés par les adversaires de la notion de vie sur Mars comme venant de volcans actifs. Mais aucun volcan actif ni aucun point chaud d'activité volcanique n'a été trouvé sur Mars en dépit de recherches intensive. La seule alternative connue est probablement que l'ammoniaque et le méthane sont des produits de l'activité biologiques, de microbes Martiens.

Il est prévu que le professeur Vittorio Formisano, scientifique responsable du spectromètre de Fourier, publie les détails des nouveaux résultats du PFS lors d'une conférence internationale la semaine prochaine à Paris.

La détection de l'ammoniaque survient juste quelques mois après que du méthane ait été trouvé dans l'atmosphère martienne. Le méthane est un autre composé ayant une origine biologique possible.

L'ammoniaque est un composé d'azote et d'hydrogène. L'azote est rare dans l'environnement Martien. Puisqu'aucune forme ordinaire de la vie terrestre ne peut exister sans l'azote, que l'azote ne peut subsister sur Mars, que son origine volcanique possible est exclue par l'absence de volcans actifs, la présence de l'ammoniaque est une indication de plus parmi le nombre sans cesse croissant d'indications qu'il y a toujours une certaine sorte d'activité biologique sur Mars actuellement.

Un scientifique de la NASA a commenté, "il n'y a aucun moyen connu pour que l'ammoniaque soit présent dans l'atmosphère de Mars qui n'impliquerait pas la vie."

POINT CHAUD DE L'ACTIVITE BIOLOGIQUE SUR MARS, SE DEMANDE UN SCIENTIFIQUE:

Science Frontiers rapporte sous le titre "points d'activités biologiques sur Mars?" à propos des recherche de M.J. Mumma du Goddard Space Flight Center de la NASA's sur les détections de traces de gaz dans l'atmosphère de Mars par l'intermédiaire de la spectroscopie.

Comme rapporté dans ma section Mars, Mumma a récemment combiné les résultats de deux télescopes infrarouges basés à terre, indiquant que des traces de méthane, un gaz qui ne pourrait pas persister dans les conditions martiennes, existe en traces qui suggèrent fortement une source biologique. Mumma a ajouté que le méthane martien est le plus concentré au-dessus de l'une deux régions près de l'équateur qui sont extraordinairement riches en eau mélangée au sol.

(Voir démenti de cette découverte plus haut.)

ENCORE NON OFFICIEL: LE METHANE, SIGNE DE VIE, A ETE TROUVE SUR MARS:

Des indiscrétions venant de sources de la NASA et de sources de l'ESA ont permis à plusieurs agences de presse d'apprendre que des scientifiques à la NASA et à ESA (l'Agence Européenne de l'Espace) ont indépendamment découvert des indications de la présence de méthane dans l'atmosphère de Mars.

C'est un signal fort de la vie sur Mars, le méthane étant un sous-produit du métabolisme biologique et les scientifiques sont très excités puisque c'est une évidence importante, la plupart diraient une preuve définitive, que des microbes extraterrestres vivent sur Mars.

Puisque le méthane serait dégradé par le rayonnement ultraviolet intense sur Mars, il a une vie photochimique relativement courte. L'implication est que des organismes sont actuellement vivants sur Mars.

Ni la NASA ni l'ESA n'ont annoncé les résultats publiquement pour le moment, mais les spécialistes qui ont vu les données sont convaincus de la justesse de la découverte et ne peuvent pas résister à en parler. Ainsi l'a fait le professeur Formisano, de l'Institut de Physique et de Science Interplanétaire à Rome, un scientifique dirigeant de la recherche de l'ESA sur Mars.

La trouvaille a été indépendamment confirmée par Michael Mumma du Goddard Space Flight Centre de la NASA dans le Maryland, qui a utilisé des télescopes spectroscopiques puissants basés sur la terre.

Son équipe a également dit qu'ils ont détecté des variations des concentrations du méthane, avec une crête venant du fond de l'ancienne mer martienne de Meridiani Planum, où se promène actuellement le rover Opportunity de la NASA. Quand on lui a demandé la production continuelle du méthane est une preuve forte d'une origine biologique du gaz, le Dr Mumma a indiqué: "je pense que ça l'est, moi-même, personnellement."

Les deux équipes de scientifiques sont occupées maintenant à la validation de leurs résultats avant que leurs organismes respectifs soient prêts à communiquer sur les implications.

LE ROBOT SPIRIT DE LA NASA MESURE LES TEMPERATURES AU SOL:

PASADENA, Californie, 9 janvier 2004. - Le robot Spirit a pris des mesures de la température au sol sur Mars pour la première fois, vendredi, a dit la NASA. Le scientifique Phil Christensen, qui est en charge des lectures de la température, a énoncé:

"Sur le sol, la température la plus chaude est autour de cinq degrés Celsius et la plus froide est de -15 degrés Celsius."

Permettez-moi de rappeler qu'en terme de saisons, nous somme au début du printemps sur Mars en ce moment, et non au milieu de l'été.

UNE IMAGE DE SPIRIT MONTRE CE QUI RESSEMBLE A UN SOL BOUEUX SOUS LA POUSSIERE DE MARS:

PASADENA, Californie, 6 janvier 2004 -- le sol de roches éparses du cratère de Gusev sur est apparu dans des photographies nettes avec la publication des images les plus détaillées jamais obtenue à partir de la planète, prise par la caméra panoramique de l'atterrisseur Spirit, donnant un avant-goût alléchant des choses à venir.

Une des images composites principale du lander Spirit montre une substance mystérieuse juste aux pieds du rover, que les scientifiques de la NASA ont décrits comme "un matériel étrangement cohésif comme de l'argile" avec des textures inattendues. Ce matériel du sol a été exposé à la surface quand l'atterrisseur Spirit a traîné ses airbags vides à travers la surface martienne pour les rétracter.

Le scientifique en chef de la mission Spirit Steve Squyres, de l'université de Cornell, qui est le directeur de la mission au Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA, a indiqué: "la manière dont la surface a répondu est bizarre, je ne la comprend pas. Je ne connais personne dans mon équipe qui la comprend... Cela ressemble à de la boue, mais ce ne peut pas être de la boue."

Le matériel semble avoir été écrasé et groupé en masse compacte, comme une boue moite et visqueuse, et a été cassée en morceaux à certains endroits. Squyres a indiqué qu'un des atterrisseur Viking dans les années 70 pourrait avoir vu quelque chose comme cela ailleurs sur Mars. Le petit robot à roulettes de Pathfinder avait également suscité des commentaires semblables quand les gens ont remarqué qu'il laissait des traces qui avaient eu l'aspect de traces dans du sable humide sous la surface sèche.


LA VIE DANS UN ENVIRONNEMENT SIMULE S'APPROCHANT DES CONDITIONS MARTIENNES:

Tim Kral, un chercheur de l'Université de l'Arkansas à Fayetteville, et ses collègues, ont prouvé que les micro-organismes méthanogènes peuvent se développer dans des consitions atmosphériques et de sol qui ressemblent à celles sur Mars, ce qui suggère que la vie peut y prospérer.

Les méthanogènes ont survécu dans une faible atmosphère d'hydrogène et d'anhydride carbonique et dans un brassage spécial de cendres volcaniques changées pour simuler les propriétés du sol martien, y compris sa densité, taille de grain et propriétés magnétiques. Les méthanogènes, qui prospèrent dans certains des endroits les plus inhospitaliers tels que les marais de tourbe et les fumerolles sous-marines, tirent leur énergie pas du soleil mais de l'oxydation de la matière inorganique, dans ce cas l'hydrogène et l'anhydride carbonique.

Chris McKay de l'Ames Research Center de la NASA à Moffett Field, en Californie, a noté que la densité atmosphérique de mars est seulement une fraction de celle de cet essai, qui était la moitié de la pression atmosphérique de la terre. Il a également dit: "mais c'est une étape importante dans la bonne direction et naturellement les micro-organismes particuliers qu'ils ont employés sont intéressants puisque s'il y a de la vie à fleur de sol sur Mars, notre meilleure conjecture est que ce serait des méthanogènes."

Les plans de l'équipe de l'Arkansas sont pour de faire plus d'essais en simulant de mieux en mieux les conditions de Mars, avec des pressions atmosphériques de plus en plus faibles, de plus basses températures et des doses élevées de radiations.

"Ils obtiennent des résultats qui semblent certainement intéressants, en termes d'essai atmosphérique, mais la terraformation, c'est un joliment grand saut," a dit Steve Theison, un astronome à l'Université du Maryland à College Park.

"Certes, la découverte des extrémophiles a ouvert des portes aux formes possibles de la vie dans des lieux extrêmes dans d'autres systèmes solaires, et aussi Europa et certainement aussi Mars," a dit Theison.

"Dans ce sens, ceci est vraiment intéressant. J'attends avec intérêt de voir ce que se produit quand ils se rapprocheront aussi près que possible des conditions de Mars," a dit Theison.

DE NOMBREUX SCIENTIFIQUES VOIENT MAINTENANT DES INDICATIONS D'EAU DANS LES PHOTOS DE MGS:

Tandis que le magazine scientifique Nature a maintenant édité les résultats confirmés de la détection de vaste quantité de glace d'eau dans le premier mètre de la surface de Mars près et sous le pôle, plusieurs scientifiques ont acquis un "nouveau regard" sur les images par satellites de Mars et ont "soudainement découvert également" de l'eau d'après leur "nouveau regard" sur les images, en ajoutant souvent des déclarations du type "nous l'avons toujours su."

Il n'y a pas bien longtemps, le sujet était pourtant très controversé. Je me rappelle:

"...les méandres et les chenaux ne sont pas des preuves claires de fleuves, et les "fonds de lacs" pourraient simplement être des pièges où se sont accumulées des poussières apportées par les grands nuages de gaz et de poussières," cité par un chercheur qui proposait que Mars soit totalement dépourvue d'eau. La poussière a bien pu s'accumuler dans des creux, mais ceci n'était pourtant pas une raison forte contre la présence d'eau.

D'autres scientifiques avaient depuis longtemps des vues opposées, et d'autres surprises peuvent survenir:

"Contraire à ce que bon nombre de gens disent, nos expériences prouvent que l'eau peut exister sous forme liquide sur la surface de Mars. Ceci a beaucoup d'implications au sujet de la possibilité de la vie," disait en 200 le scientifique Kuznetz, qui pensait cela depuis les années soixante durant lesquels ce résultat s'était révélé lors de tests de combinaisons spatiales.

"Dans Valles Marineris, il pourrait y a un ensemble de conditions où l'angle, la profondeur et la température du soleil est simplement correcte, et où la pression atmosphérique doit être juste assez forte pour soutenir des bassins d'eau liquide," a-t-il également dit alors.

Je me demande simplement, s'agit-il de cela?

Les mass media de l'Internet ont largement rapporté les résultats des mesures de présence de l'eau par Mars Odyssée, rapports assortis parfois de divers et parfois inconsistants commentaires au sujet de la quantité d'eau congelée dans le sol: nous avons appris que si cette glace fondait, Mars serait engloutie sous un océan profond de 1,500 mètres, ou un océan profond de 300 mètres, ou que cela équivaudrait à un lac deux fois plus grand que le lac Michigan. En fait, la détection concerne seulement une partie de la surface martienne et seulement une profondeur de 1 mètre au-dessous de la surface et on ne peut que spéculer que la glace d'eau se prolonge plus profondément, vraisemblablement, ceci ne pouvant pas être détecté avec la méthode employé actuellement.

GILBERT L. LEVIN: LE ROI NE VA PLUS NU.

Tandis que l'annonce à laquelle je me référais au 25.05.2002 a maintenant été signalée largement dans les mass media au moins sur l'Internet (BBC, space.com, etc...) le résultat "surprenant" n'étonne pas beaucoup ceux qui ont écouté Gilbert L. Levin ou ont lu toute l'histoire derrière les expériences de Viking 1977 sur ce site.

Aujourd'hui, Levin a dit à space.com:

"Je suis surpris qu'aucune mention n'a été faite en un rapprochement des données de Pathfinder et des données d'Odyssey. Pathfinder a trouvé la température de surface de Mars comme excédant la température de congélation, et Odyssey rapporte de la glace proche de la surface au-dessus de larges régions... comprenant le secteur d'atterrissage de Pathfinder, et les secteurs d'atterrissage de Viking."

"N'importe quel physicien vous dirait que, étant donné de la glace d'eau près de la surface, une température de surface au-dessus de zéro, et une pression atmosphérique totale au-dessus du point triple, l'eau liquide doit exister dans le sol au-dessus de la glace. Peut-être seulement comme une humidité pendant une partie du jour, mais c'est assez d'eau liquide est assez pour soutenir les micro-organismes que l'expérience Labelled Release de Viking avait détectée."

"Le roi ne va plus nu! et tandis que leurs oeillères tombent lentement, même les plus réticents des scientifiques découvriront soudain qu'ils ont toujours su qu'il y a de la vie sur Mars," a dit Levin.

Les détails sur tout ceci sont dans ma section Mars.

Quant à moi, je contemple mon lac favori, toujours non découvert, située au fond de la Valles Marinensis, quasiment sur l'équateur, ou la pression atmosphérique pourrait être assez importante pour que ...

Un tuyau pour inspirer nos amis exobiologistes encore: Mars n'est pas à distance constante du soleil.

UNE AUTRE SPECTACULAIRE ANNONCE A PROPOS DE L'EAU SUR MARS BIENTOT:

Le Dr. Jim Garvin, scientifique en chef du programme d'exploration de Mars de la NASA dit qu'une annonce importante est arrivée au sujet de la présence de glace d'eau juste sous la surface de Mars. Garvin a fait ses commentaires lors d'un petit déjeuner sur l'exploration de Mars commandité à Capitol Hill par Lockheed Martin et Ball Aerospace le 22 mai 2002.

L'annonce effective dépend du processus exigé pour obtenir la revue des résultats et leur publication dans un journal scientifique. Garvin a indiqué que ceci est également fait sans aucun respect pour l'investigateur principal auteur des travaux "qui avait du attendre vingt ans" pour obtenir les données utilisées.

Si l'on se base sur les tuyaux de Garvin, il pourrait s'agir d'une allusion au professeur William V. Boynton de l'université du Lunar and Planetary Laboratory de l'Arizona (visiteurs réguliers de mon site) qui a dirigé la conception et la construction du spectromètre à rayon gamma actuellement à bord de la sonde spatiale Mars Odyssey. Une version moins avancée de cet instrument, construite par Boynton, était à bord de Mars Observer qui a été perdu tandis qu'il s'approchait de Mars en 1993.

Dans un communiqué de presse de février 2002, Boynton a indiqué "je suis vraiment content d'obtenir finalement de voir de vraies données à propos de Mars. J'ai lancé ce projet en 1985, et maintenant nous sommes à quelques heures de voir les résultats. Je m'imagine que c'est comme donner naissance, sauf que dans ce cas là nous avons une période de gestation de 17 ans."

Garvin pourrait également faire allusion, plus probablement, à Bill Feldman, des Los Alamos National Laboratory, dont l'équipe a construit le spectromètre à neutrons qui est également à bord d'Odyssey. Cet instrument est conçu pour détecter l'abondance de l'eau dans le mètre supérieur du sous-sol de mars. L'équipe de Feldman avait également embarqué un instrument semblable à bord de Mars Observer.

Garvin a montré quelques nouvelles images, très semblables d'autres montrées en Mars 2002, de la répartition des neutrons du pôle Sud de Mars, qui suggèrent qu'il y a beaucoup d'eau juste sous la surface des régions polaires Nord de Mars également. L'image montrée par Garvin montre la pôle Nord de Mars vu depuis le Nord. La région où de la glace de l'eau est suspectée exister au pôle du nord se prolongent beaucoup plus loin vers l'équateur qu'elles ne le font dans les images initiales des neutrons du pôle Sud.

Plus tôt cette année les scientifiques de la NASA ont été stupéfaits quand les premières données d'Odyssey ont semblé montrer une glace d'eau abondante juste sous la surface de Mars dans les régions Sud de la planète. Selon la NASA un rapport a alors dit "le contenu élevé d'hydrogène est très probablement dû à la glace d'eau, bien que la quantité de glace ne puisse pas encore être mesurée. Davantage d'analyses seront conduites pour confirmer l'interprétation."

La NASA a programmé une mise à jour par Space Science Updates pour jeudi prochain, 30 mai à midi EDT, ce qui suggère fortement la levée de l'embargo de la presse scientifique sur un article à paraître cette semaine dans le magazine "Science."

L'union géophysique américaine tiendra sa réunion annuelle à Washington la semaine prochaine. Il y a une session commençant à 01:30 EDT - juste après la mise à jour de Space Science Updates par les quartiers généraux de la NASA, et à quelque pâtés de blocs plus loin, Boynton et Feldman présenteront un certain nombre de papiers scientifiques rédigés en commun: "Near-surface Ice on Mars: Early Results from the 2001 Mars Odyssey Gamma Ray Spectrometer (GRS) Instrument Suite" et "Global Distribution of Martian Volatiles During Northern Winter: Mars Odyssey Neutron Spectrometer Results."

DES ACIDES AMINES CREES ARTIFICIELLEMENT EN ENVIRONEMENT INTERSTELLAIRE SIMULE:

Des acides aminés obtenus dans des conditions semblables à celles du milieu interstellaire renforcent la théorie selon laquelle les premiers organismes vivant sur Terre se sont formés à partir de molécules organiques provenant de nuages interstellaires.

Les travaux émanent de chercheurs néerlandais, français et allemands qui ont réussi les produire par photosynthèse, sont annoncés par la revue Nature du 28 mars.

Dans le laboratoire d'astrophysique de Leiden, aux Pays-Bas, les chimistes ont recréé un milieu semblable à celui que l'on pense avoir été celui d'il il y a quatre milliards et demi d'années autour de notre planète, c'est-à-dire vide et froid (-260°C). Ils y ont placé un mélange glacé composé d'eau, d'ammoniac, de méthanol, de monoxyde et de dioxyde de carbone. Ce mélange, qui représente des grains de poussière interstellaire, a ensuite été irradié avec une lampe à ultraviolet jouant le rôle du Soleil.

Une fois ramenés à la température ambiante, les échantillons ont été analysés au Centre de biophysique moléculaire du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), à Orléans, en France. A l'aide d'un spectromètre de masse, les chercheurs ont identifié 16 acides aminés, dont six font partie des 20 acides aminés que possède chaque être vivant.

Les résultats de l'expérience montrent donc que les molécules organiques antérieures à l'apparition de la vie sur Terre peuvent provenir de l'espace, amenées par des météorites ou des comètes.

Les constituants de l'atmosphère primitive, très différente de l'atmosphère actuelle, ont pu se sont transformer en composés organiques sous l'action des rayons ultraviolets du Soleil. Ces molécules ont pu ensuite se dissoudre dans l'eau puis réagir chimiquement entre elles, en donnant des composés plus complexes à la base des protéines, les oses, à la base des sucres ou glucides, les acides gras, à la base des graisses ou lipides.

NOUVELLES INDICATION D'EAU SUR MARS A 1 M SOUS LA SURFACE DANS LES REGIONS CHAUDES:

Leonard David et Robert Roy Britt, écrivains scientifiques seniors, viennent juste d'annoncer que la sonde spatiale Odyssée a permis la découverte préliminaire mais cependant enthousiasmante de la présence d'eau près de la surface de Mars et loin de la calotte de glace polaire du pôle Nord qui est congelée de manière permanente.

Des lecteurs de ce site pourraient avoir été déjà convaincus de cela, et avoir été peut-être convaincus de la présence au moins d'une vie microbienne survivante sur Mars comme présenté dans la section Mars. Tous les scientifiques savent déjà su qu'il y a de la glace d'eau dans la calotte polaire Nord. Néanmoins, l'annonce de cette "découverte" est importante du fait que la communauté scientifique était encore divisée sur la possibilité que l'eau puisse exister sur Mars en dehors du pôle, particulièrement si près de la surface.

Une acceptation large de la présence de glace d'eau près de la surface dans des régions plus chaudes de la planète sera une conclusion remarquable et longtemps recherchée qui aura de larges implications dans le débat sur la présence de la vie sur Mars actuellement, pour la recherche de la vie extraterrestre et pour la faisabilité de l'exploration humaine de Mars.

Les données, rassemblées pendant les essais du spectromètre à neutron d'Odyssée, montrent la présence de l'hydrogène, ce qui peut signifier ou non qu'il y a l'eau. L'hydrogène est un composant de l'eau mais existe également isolé et dans d'autres substances.

Les chercheurs de la NASA ont précisé que les résultats sont préliminaires. Ils ne sont pas absolument sûrs de ce que les nouvelles données leur indiquent, mais ils ont été assez optimistes de discuter cette trouvaille lors d'une réunion de l'union géophysique américaine à San Francisco.

La détection de l'hydrogène indique à la possibilité qu'il y a de glace d'eau à moins de 1 mètre de la surface, a déclaré James Garvin, scientifique dirigeant le programme d'exploration de Mars aux quartiers généraux de la NASA à Washington.

Particulièrement éloquente cette phrase publiée sur le site web space.com au sujet de la découverte: "une telle glace pourrait fondre pendant les mois d'été et serait accessible à des explorateurs robotiques ou humains. Elle pourrait même soutenir une vie microbienne, puisque les chercheurs ont trouvé sur terre que partout où il y a l'eau, il y a aussi de la vie."

Plus impressionnant: "la quantité d'hydrogène détectée est tellement stupéfiante - suggérant une concentration énorme relative ce que Feldman a vu avec un instrument semblable sur Lunar Prospector, qui a examiné la Lune - que les chercheurs pourraient commencer à lancer Odyssey sur la trace de glace dans la croûte Martienne dès la première semaine de janvier..."

Il est également remarquable que le vrai programme scientifique de la sonde ne soit pas même encore commencé, car Odyssée est toujours en phase d'aérofreinage, une tâche qui sera accomplie autour de mi janvier.

La détection d'hydrogène a été faite pendant le premier essai du spectromètre à neutron d'Odyssée, un sous-ensemble d'un instrument de spectrométrie à rayons gamma. La zone de test a couvert un domaine de l'équateur au pôle nord. La résolution des observations étaient de 100 kilomètres ou plus.

La calotte de glace nordique se rétrécit en été aussi jusqu'à un diamètre de 1000 kilomètres. En hiver, elle s'étend vers le Sud jusqu'à 60 degrés de latitude. Odyssée a détecté de l'hydrogène encore plus au Sud, à 55 degrés. (Les pôles sont à 90 degrés et zéro représente l'équateur.) "Ce survol suggère que de l'hydrogène ait été enrichi dans une région de haute latitude s'étendant à environ 55 degrés du nord jusqu'au bord de la calotte polaire nord, et qu'il ne soit pas allé augmenter la calotte polaire nord," a indiqué Garvin. "Ceci suggère, au moins à titre préliminaire, que si l'hydrogène dans les latitudes élevées du Nord est de l'eau, qu'il y ait de la glace dans le premier mètre environ (sous la surface) de cette région (le pôle)... et qu'elle est masquée par un gel d'anhydride carbonique couvrant les glaces permanentes."

Il y a à peine quelques semaines, un des scientifiques dirigeant de l'équipe Odyssée a dit que les perspectives de trouver l'eau près de la surface de Mars sont très réduites. Tout semble avoir changé maintenant.

Il y a à peu près d'un an, j'ai localisé cet endroit, sur lequel la NASA n'offre aucun commentaire.

LA NASA SE REND COMPTE QUE LE CLIMAT MARTIEN EST ASSEZ CHANGEANT:

Il n'y a pas lieu de faire des commentaires additionnels, je reproduit donc simplement l'annonce de la NASA traduite en français:

Mary Hardin
Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif.
(Tel: 818/354-0344)

Tim Tawney
Goddard Space Flight Center, Greenbelt, Md.
(Tel: 301/614-6573)

COMMUNIQUE: 01-240

GLOBAL SURVEYOR DE LA NASA DETECTE DE POSSIBLES CHANGEMENT DE CLIMAT SUR MARS

La planète Mars que nous connaissons aujourd'hui est froide, sèche, un monde désertique, mais supposez que le climat martien change même maintenant, d'une année sur l'autre année et d'une décennie sur l'autre décennie?

Les nouvelles observations par le vaisseau spatial Mars Global Surveyor de la NASA augmentent notre compréhension du climat Martien et peuvent indiquer que le climat change sensiblement même aujourd'hui. Ceci suggère que des changements de climat encore plus grands se soient produits dans l'histoire récente de la planète et puissent encore se produire dans son futur. Les observations ont été faites pendant une année martienne complète, 687 jours terrien.

S'il en est ainsi, Mars pourrait un jour devenir plus chaud et plus humide, comme quelques scientifiques suggèrent qu'elle l'était pendant les débuts de son histoire. Des papiers scientifiques détaillant ces observations seront publiés le 7 décembre 2001 dans Science Magazine.

"Si l'environnement de Mars a vraiment changé d'autant et plus sur une échelle de temps aussi courte que ce que nos observations impliquent, il devrait y avoir des attributs de Mars reflétant ces changements qui peuvent être mesurables par des atterrisseurs," a dit Dr. Michael Malin, investigateur principal pour le système d'appareil photo de Mars Global Surveyor au Malin Space Science Systems, à San Diego. "Si Mars avait une pression atmosphérique plus élevée dans un passé pas trop éloigné, il est plus que probable que l'eau ait été présente à l'état liquide près de la surface."

L'eau liquide est exigée pour que se développent les formes de vies connues, et la présence de l'eau liquide sur Mars rendrait plus probable que la vie y ait existé.

"Détecter les traces du changement de climat et la variabilité sur Mars en utilisant des données de Mars Global Surveyor est un aspect important nous indiquant où aller sur la surface cette décennie," a dit le Dr James Garvin, scientifique de pointe de la NASA pour l'exploration de Mars, aux sièges sociaux à Washington. "Clairement, les régions polaires sont un bon endroit où nous voudrions rechercher des sources hydrothermales pour voir si elles existent sur Mars."

Les images du système d'appareils photos de Mars Global Surveyor prouvent que les puits - souvent désignés sous le nom du terrain en "fromage suisse " - sur la calotte polaire méridionale de Mars ont considérablement augmenté de diamètre, indiquant que le matériel s'est évaporé rapidement comparé à l'année dernière.

"La quantité de changement est beaucoup plus grande que n'importe quel changement précédent que nous avons vu sur Mars et il est beaucoup plus grand qu'il ne peut l'être expliqué par l'évaporation de la glace d'eau. Nous avons calculé que le seul matériel qui pourrait avoir changé à ce point est une glace d'anhydride carbonique, ce que nous appelons la glace sèche," a dit Malin. "Ceci signifie que l'environnement de Mars que nous voyons aujourd'hui peut être différent de ce qu'il était il y a quelques cent ans, et peut ne plus exister dans les quelques cent années à venir."

Une observation séparée fournit plus de détail au sujet du comportement de l'anhydride carbonique dans l'atmosphère martienne. L'anhydride carbonique est un "gaz à effet de serre" censé réchauffer le climat quand sa concentration atmosphérique augmente. L'altimètre laser du vaisseau spatial et le système de détection par radio ont fait des mesures précises de la quantité et de la densité de la neige d'anhydride carbonique dans les deux régions polaires. Cette information donne à des scientifiques la première mesure globale de l'échange saisonnier de l'anhydride carbonique entre l'atmosphère et la surface.

En raison de l'inclinaison de la planète, Mars a des saisons tout comme la terre. Les scientifiques ont longtemps su que le changement saisonnier le plus important sur Mars est en automne et en hiver quand s'effectue le "gel" de l'anhydride carbonique de l'atmosphère sous forme de gel et de neige de glace sèche. L'évaporation du gel extérieur au printemps et en été renvoie l'anhydride carbonique à l'atmosphère. En une année martienne, c'est un quart de l'atmosphère qui gèle, mais jusqu'ici les scientifiques ne savaient pas avec précision où et combien de gel et de neige de glace sèche se déposeraient sur la surface.

"Nous avons mesuré à quelle profondeur la neige de glace sèche se produit sur Mars en une année. Nous avons également mesuré le changement minuscule correspondant du champ de pesanteur dû à l'anhydride carbonique étant transporté d'un pôle à l'autre avec les saisons," a dit le Dr Maria Zuber, investigatrice principale adjointe pour l'altimètre laser, au MIT à Cambridge, et le centre de l'espace Goddard de la NASA à Greenbelt, Md.

"La neige sur Mars est plus dense que la neige sur terre et est en fait plutôt comme de la glace que comme de la neige. La compréhension du cycle actuel de l'anhydride carbonique est une étape essentielle vers la compréhension des climats Martiens passés," à déclaré Zuber.

LES DERNIERES NOUVELLES PREUVES DE LA VIE PASSE SUR MARS:

L'ouvrage "Inside the Red Planet" par le Dr Heather Couper et Nigel Henbest explique les nouvelles preuves concluantes d'une vie passée sur Mars.

Il explique dans le détail comment ce sont maintenant trois météorites Martiennes qui ont été maintenant été analysées par des scientifiques de la NASA au centre de l'espace de Johnson à Houston, et comment ils y ont trouvé des bactéries fossilisées.

Une partie des meilleures nouvelles indications vient de la météorite de Nakhla qui a été trouvée en Egypte en 1911. Les microfossiles à l'intérieur sont plus évidents que leurs semblables dans la météorite ALH 84001 de 1996.

L'idée que la vie est apparue sur Mars il y a quatre milliards d'années et qu'elle a pu être transportée sur Terre est de plus en plus acceptée par la communauté scientifique, en dépit d'une annonce largement reprise récemment par un scientifique qui affirme fondamentalement qu'il va faire des vérifications mais qu'il n'y a pas de vie passée sur Mars.

Le Dr Everett Gibson de la NASA cité dans le livre indique: "nous avons ouvert (la météorite Nakhla) dans un laboratoire stérile et nous avons trouvé à l'intérieur des échantillons d'argiles qui sont probablement vieilles de 600 à 700 millions d'années. Dans ces carbonates et argiles il y a des structures et des caractéristiques qui sont encore plus grandes et mieux préservés que celles que nous avions trouvé dans ALH84001 en 1996."

Il reste encore à l'ensemble de la communauté scientifique de comprendre enfin qu'il faut restituer le sens des expériences Viking de 1976 sur la surface martienne pour admettre enfin qu'il y a encore actuellement de la vie bactérienne au moins latente sur Mars.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site