16/02/2009 - Troisième Partie de la série d’articles sur l’administration Obama, les Nations-Unies, les objets volants non-identifiés (Ovnis), et la vie extraterrestre.

Lundi 16 Février

février 16th, 2009 Posted in Février 2009

Troisième Partie de la série d’articles sur l’administration Obama, les Nations-Unies, les objets volants non-identifiés (Ovnis), et la vie extraterrestre, par Alfred Lambremont Webre pour The Examiner. Rappel : les deux articles précédents :La résolution 33426 de l’Assemblée Générale des Nations-Unies.

Les Présidents américains & les opérations sous faux pavillon. Celles qu’ils ont acceptées et refusées.

Afin de mieux comprendre le contexte d’une opération sous faux pavillon sur le thème d’une invasion extraterrestre, nous devons rappeler comment, dans l’histoire récente, les Présidents américains John F. Kennedy, Lyndon B. Johnson, et George W. Bush ont eut parfois à approuver ou désavouer des opérations sous faux pavillon proposées par leurs Chefs d’Etat-Major ou des personnels du renseignement militaire agissant au sein de leurs commandements éxécutifs et leurs structures de contrôle.

Alfred Lambremont Webre

Les opérations sous faux pavillon et les lois internationales
Selon un chercheur, “l’expression faux pavillon est dérivée du concept de ces batailles navales où sont hissés des drapeaux destinés à tromper; ça consiste à afficher le drapeau d’un pays qui n’est pas le sien“. Dans le cas de l’Opération Northwoods, en 1962, le drapeau de la République de Cuba avait été peint sur des avions de combat, et des marques d’identification de groupes “terroristes cubains” étaient portées par des combattants qui devaient attaquer un navire américain et des villes côtières à l’est du pays.

La Charte des Nations-Unies et les conventions de Genève (dont l’Amérique est signataire), ainsi que le Statut de Rome sur la Cour Pénale Internationale (CPI) ont largement établi que l’agression était l’un des crimes de guerre parmi les plus condamnables. C’est pourquoi les opérations sous faux pavillon sont devenues la procédure courante des administrations américaines quand elles veulent mener une guerre d’agression. A moins de pouvoir démontrer qu’on répond à une attaque, l’attitude agressive serait considérée comme un crime de guerre aggravé.

John F. Kennedy et l’Opération Northwoods (1962)
Des documents déclassifiés du gouvernement américain ont aujourd’hui confirmé que les Chefs d’Etat-Major avaient planifié et approuvé une opération sous faux pavillon en 1962 : des avions portant les insignes de l’air force Cubaine devaient bombarder un navire américain.

Des actions de terrorisme seraient également lancées dans des zones spécifiques de l’Amérique (y compris Miami et d’autres villes de Floride, ainsi que Washington, D.C.) par des agents du Département de la Défense se faisant passer pour des “terroristes Cubains“, causant potentiellement la mort de centaines voire de milliers de civils américains innocents.

Le but de cette manoeuvre sous faux pavillon, l’Opération Northwoods, était de fournir un prétexte légal et de mobiliser les medias et l’opinion publique en vue d’une invasion illégale de l’île de Cuba par des militaires américains. Tout était prêt pour lancer l’Opération Northwoods, mais le Président John F. Kennedy (1961-63) avait opposé son veto.

Le Général Lyman L. Lemnitzer, placé par Eisenhower à la tête du Commandement unifié, avait proposé et fait approuver l’Opération Northwoods, le 13 Mars 1962, par Robert McNamara alors Ministre de la Défense sous Kennedy.

McNamara avait présenté au Président Kennedy, qui avait opposé son veto bien que le Pentagone ait approuvé cette opération sous faux pavillon dirigée contre le pays et des civils innocents.

Plusieurs documents ont été aujourd’hui déclassifiés.

[Les généraux avaient même un temps envisagé de sacrifier John Glenn, le premier astronaute américain, en faisant exploser la fusée qui devait le placer en orbite le 20 février 1962.]

Lyndon B. Johnson & la résolution du Golfe du Tonkin (1964)
Nous savons maintenant comment la Guerre du Vietnam (1959-75) a connu une escalade significative, grâce à une opération sous faux pavillon conduite en Août 1964, dans le Golfe du Tonkin. De faux rapports d’attaques qui auraient été menées par le gouvernement du Nord Vietnam contre les navires américains U.S.S. Maddox et U.S.S. Turner Joy, avait été utilisés par le Président Lyndon B. Johnson pour s’assurer d’une résolution favorable au Congrès américain. Cette résolution lui avait donné une assise légale pour cette guerre, qui causa la mort de 50.000 soldats américains et fit 10 millions de victimes dans l’Asie du Sud-est.

George W. Bush & l’invasion de l’Afghanistan (2001) et de l’Irak (2003)
De même, nous avons un faisceau de preuves montrant que l’invasion américaine illégale de l’Afghanistan le 7 Octobre 2001 avait eu pour origine l’approbation par le Président américain George W. Bush, le Vice-Président Richard B. Cheney et le Secrétaire à la Défense Donald H. Rumsfeld d’une opération sous faux pavillon préparée par des responsables de haut-rang au sein du renseignement militaire américain.

Elle avait été menée le 11 Septembre 2001, en utilisant des moyens sophistiqués contre le World Trade Center à New York et contre le Pentagone à Washington, DC.

Comme pour l’Opération Northwoods (1962), l’objectif de l’opération sous faux pavillon de 2001 était de tuer des milliers de civils américains innocents, de réaliser une frappe psychologique sur le Pentagone, de simuler une tentative sur le Capitole et la Maison Blanche, dans le but de lancer une guerre internationale visant à la domination mondiale, et permettant d’imposer un régime policier dans plusieurs parties du monde.

Une recherche approfondie a été présentée au Président du Comité Pénal du Congrès des Etats-Unis.

Elle a démontré que l’opération sous faux pavillon du 11 septembre 2001 avait conduit à mettre en place le Patriot Act le 26 octobre, et servi de matrice pour produire des ordres éxécutifs présidentiels en vue d’instaurer la loi martiale (de 2001 à ce jour), pour lancer l’invasion de l’Afghanistan (de 2001 à ce jour), décider l’abrogation unilatérale du traité sur les ABM (2002), et encourager l’escalade du système de défense ballistique américain, la militarisation de l’espace, et la guerre d’Irak (de 2003 à ce jour).

L’opération sous faux pavillon du 11 septembre 2001 avait été placée sous le commandement et le contrôle de hauts responsables de l’administration Bush, dont le Président George W. Bush, le Vice-Président Richard B. Cheney, et Donald H. Rumsfeld.

La preuve de l’implication de Bush, Cheney et Rumsfeld dans cette opération sous faux pavillon a été présentée dans un Mémoire destiné au Congrès américain; il fait partie de l’Independent Prosecutor Act sur le 11 Septembre 2001.

Les opérations sous faux pavillon servent la guerre et l’activité industrielle
Plusieurs analyses historiques montrent que toutes les guerres d’importance majeure, comme la Première et la Seconde Guerre mondiale, sont des formes d’opérations sous faux pavillon reliées à l’activité industrielle : les cartels bancaires qui soutiennent notre économie de guerre manipulent les deux côtés belligérants pour stimuler et poursuivre l’activité industrielle de guerre, essentiellement pour des raisons de profit.

Par exemple, dans “Fleshing Out Skull & Bones“, Kris Millegan et plusieurs auteurs ont montré comment les banquiers de Wall Street, et notamment Averill Harriman et Prescott Bush (le grand-père de George W. Bush, 1895 - 1972), membres de la Brotherhood of Death (Skull & Bones), ont financé à la fois les Bolchéviques (communistes), et les Nazis (fascistes), lors des prémisses de la Seconde Guerre mondiale.

Le cartel des banquiers de Wall Street et de la City de Londres ont ainsi été en mesure de manipuler les leviers de commande et de contrôler les chefs du fascisme, du communisme et de l’hyper-capitalisme, pour lancer et entretenir la Seconde Guerre mondiale. Cette guerre est ainsi devenue la principale activité industrielle de ce qu’on a appelé l’organisation internationale du racket par les criminels de guerre.

Comme nous le verrons dans la suite de cette série d’articles, l’histoire montre que les présidents américains et de hauts responsables gouvernementaux ont souvent utilisé la structure de ces opérations sous faux pavillon.

Ils peuvent chercher à créer les conditions d’une fausse invasion extraterrestre pour déclencher une guerre, dans le but de mener leur propagande anti-extraterrestre, pouvoir coloniser des planètes habitées, militariser l’espace pour en faire un nouveau champ de batailles, et réussir à imposer un état policier mondial. Cette tendance est toujours présente dans l’administration Obama. - Source

VIA : OVNIS-USA

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site