19/01/2009 - Encore une avancée vers l'invisibilité !

Encore une avancée vers l'invisibilité !

Par Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences

A l'aide d'un logiciel, une équipe américano-chinoise a réalisé un système très simple, à base de métamatériaux, produisant un effet d'invisibilité dans le domaine des micro-ondes mais cette fois sur une large bande de fréquences.

C'est une sorte de logiciel à mettre au point des systèmes à invisibilité qu'ont créé David R. Smith, de la Duke University, Tai Jun Cui, de l'université du Sud-Est (Nanjing, en Chine) et leurs collègues. Dans la revue Science, ces chercheurs décrivent un dispositif très simple, conçu par ce logiciel et constitué de six cents petites tiges de cuivre en forme de I.

Il s'agit d'un métamatériau, c'est-à-dire d'un assemblage de structures de petites tailles dont les dimensions et l'espacement sont de l'ordre de grandeur de la longueur d'onde du rayonnement électromagnétique auquel on s'intéresse. Les multiples réflexions induites conduisent globalement, pour l'ensemble de l'objet, à un indice de réfraction négatif, une propriété inconnue dans la nature.

De nombreux travaux théoriques et expérimentaux ont été réalisés dans ce domaine depuis plusieurs années. Il a été ainsi démontré qu'il est possible de créer une zone que le rayonnement contourne sans être affecté. On parle d'invisibilité puisque qu'un objet placé à cet endroit n'aura aucun effet sur ce rayonnement comme s'il était traversé par lui.

Jusqu'ici, cet effet n'a été obtenu que dans des longueurs d'onde plus grandes que celles de la lumière visible – quoique, cependant, l'équipe de Costas Soukoulis soit parvenue en 2007 à atteindre le domaine visible, dans le rouge. Surtout, dans tous les cas, l'expérience ne fonctionne que dans une plage de fréquences très étroite. Mais les scientifiques s'acharnent... Pour réaliser son dispositif, l'équipe américano-chinoise a fait tourner son logiciel, qui a calculé les dimensions du métamatériau à construire.

Applications multiples

La surprise est double. Tout d'abord, l'assemblage est de structure extrêmement simple et, d'autre part, la gamme de fréquences concernée est la plus large que l'on ait obtenue à ce jour. Le dispositif rectangulaire, de 50 centimètres par dix, épais d'un centimètre, dévie efficacement le rayonnement micro-onde sur des fréquences de 1 à 18 GHz (contre 385 à 750 THz pour le visible), une gamme bien plus large que ce qui a été obtenu jusqu'à présent.

Qu'un tel résultat ait été obtenu avec un métamatériau simple calculé sur ordinateur constitue un résultat très prometteur. On peut raisonnablement espérer d'autres gains. Les applications envisageables de ces métamatériaux sont nombreuses et ne se limitent pas au tour de magie consistant à faire disparaître un minuscule objet (encore l'effet ne se fait-il sentir que pour une seule direction de l'éclairement).

Ces structures à indice de réfraction négatif sont aussi la promesse de pseudo-lentilles permettant à des microscopes d'atteindre des résolutions jusqu'ici impossibles et, par exemple, de visualiser le mouvement des molécules. On peut aussi imaginer qu'un métamatériau, qui concentrerait la lumière au lieu de la faire diverger comme dans ces systèmes dits d'invisibilité, pourrait augmenter le rendement des cellules photovoltaïques. On comprend donc l'intérêt des laboratoires pour cet étrange champ de recherche...

Six cents petites tiges de cuivre en forme de I dévient le rayonnement micro-onde, entre 1 et 18 GHz. © David R. Smith

Six cents petites tiges de cuivre en forme de I dévient le rayonnement micro-onde, entre 1 et 18 GHz. © David R. Smith

SOURCE : http://futura-sciences.com/

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×