25/01/2009 - Qui a écrit le programme reptilien ?

John Lamb Lash
Traduction par Dominique Guillet de l’essai
Reptilian Agenda
Sur l’Origine du Script Annunaki

Dans une édition de “Collectors” intitulée “Secrets of Da Vinci Code”, et publiée par US news et World Report, il y a un bref interview de James Robinson, l’éditeur général des Codex de Nag Hammadi. En réponse à la référence de Dan Brown aux textes et parchemins de Nag Hammadi, Robinson souligne que “ce sont des codex - des livres avec des pages individuelles. Ce sont, en fait, les exemplaires les plus anciens que nous possédions d’ouvrages avec des reliures en cuir”.

john_lash

Les Codex de Nag Hammadi, quelle que soit la signification que l’on attribue à leur contenu (et nous avons juste commencé à appréhender ce qu’elle pourrait être) sont en effet de rares artefacts originaux qui sont les exemplaires les plus anciens d’ouvrages reliés qui aient survécu. Une lecture attentive de ces traités ésotériques met en valeur que les Gnostiques, tels qu’étaient appelés les instructeurs et instructrices des anciens Mystères, s’intéressaient intensément à l’intrusion extra-terrestre dans les affaires humaines. Les entités, qu’ils appelaient les Archontes, semblent être identiques aux ET de l’ufologie moderne. Les deux types de Gris et de Reptiliens sont explicitement décrits dans les codex. J’estime qu’environ un cinquième des écrits majeurs de ces codex concerne les Archontes, leur origine, leur stratégie et leurs motivations.

Le Mythe de Sophia, l’histoire de la création Gnostique, explique que les Archontes ont pour origine une anomalie dans l’ordre cosmique. “Le système planétaire dans lequel nous demeurons a pour origine une erreur” (L’Evangile de Philippe. CNH II.3. 75.5). Ce passage étonnant fait allusion à la conception Gnostique selon laquelle le système solaire fut engendré par la collision de l’Eon Sophia avec la matière atomique inerte alors que la Terre fut formée à partir du pouvoir conscient, vivant et divin de Sophia. Tout étrange que cela puisse paraître, cette vision est compatible avec l’astronomie moderne. Nous savons que le système solaire, dans son ensemble, est dominé par la chimie inorganique et ne peut pas entretenir la vie au contraire de la biosphère qui se caractérise par une chimie organique. Les Gnostiques affirmeraient que cela est ainsi parce que la Terre est l’incarnation de Sophia tandis que le système solaire est la création et la demeure des Archontes. La découverte de cette différence entre les aspects organiques et inorganiques de notre système solaire conduisit James Lovelock à formuler l’hypothèse Gaïa.

Les documents terrestres les plus anciens sous forme de livres contiennent donc une avant-première de la théorie de Gaïa et, en sus, une narration de l’intrusion extra-terrestre. Qu’en est-il des écrits connus les plus anciens? Selon les archéologues, l’écriture cunéiforme fut inventée en Mésopotamie vers 3200 avant l’ère commune, bien avant que les livres n’apparussent. Les écrits cunéiformes sur des tablettes d’argile présentent un répertoire extensif de récits sur la préhistoire humaine. Les textes cunéiformes tels que “Atrahasis”, “Enuma Elish” et “Enki et l’Ordre du Monde”, décrivent une race non-humaine appelée les Annunaki “ceux qui du ciel vinrent sur terre”, ainsi que Zecharia Sitchin traduit ce terme. Sitchin est réputé pour ses ouvrages très fouillés sur les Annunaki qu’il identifie avec les Nephilim de la Bible, les “Veilleurs” du livre d’Enoch. Ce sont des entités extra-terrestres qui “visitèrent les filles des hommes” ainsi que le narre la Genèse.

L’histoire cunéiforme des Annunaki décrit comment une race extra-terrestre intervient profondément dans l’évolution humaine. Sitchin, et d’autres, acceptent ce scénario comme si c’était l’histoire réelle d’événements de la préhistoire. Les tablettes décrivent comment deux leaders Annunaki, Enki et sa demi-soeur Ninhursag, créèrent une race esclave hybride à partir de populations autochtones simiesques de la planète. Un “programme extra-terrestre d’hybridation” est donc au coeur de la narration Annunaki. C’est un fait indiscutable que cette histoire est contenue dans les écrits les plus anciens mais cela signifie-t-il que cette histoire soit véridique?

Les ouvrages les plus anciens et les écrits les plus anciens nous racontent la même histoire. N’est ce pas étonnant? A ma connaissance, on n’a prêté que peu ou pas du tout d’attention à cette “coïncidence” étrange.
Cependant, ces deux sources se situent aux antipodes quant à la manière dont cette histoire est traitée. La narration cunéiforme raconte le scénario de l’intervention comme si c’était un fait (pré)historique, une série d’événements qui se sont réellement déroulés. Dans les Codex de Nag Hammadi, l’histoire des Annunaki (ici appelés Archontes) est présentée dans la perspective mythologique du Mythe de Sophia, l’épopée de la Déesse Déchue, qui est ensuite analysée et déconstruite. En d’autres mots, les Gnostiques possédaient une vision des origines cosmiques des Annunaki et ils envisagèrent également, de façon critique, le phénomène de l’intervention. Ils déconstruisirent la narration Sumérienne. Le récit cunéiforme n’est qu’une histoire, sans commentaires critiques. La description du “programme extra-terrestre d’hybridation” existe dans plusieurs passages des Codex de Nag Hammadi mais les traités Gnostiques nous apprennent que cette tentative fut un échec:

Les Archontes vinrent à la rencontre d’Adam. Lorsqu’ils virent Eve qui lui parlait, ils se dirent: ‘Quelle sorte de créature est cette femme lumineuse?… Allons-y, maintenant, saisissons-là et jetons notre semence en elle afin qu’elle en soit souillée et qu’elle ne puisse plus puiser à sa lumière intérieure. Alors, ceux qu’elle enfantera seront en notre pouvoir… Mais Eve, qui était un être libre, se moqua de leur décision. Elle projeta un brouillard dans leurs yeux (et s’échappa)”. Sur l’Origine du Monde. CNH II, 116.10.

C’est un des quelques passages fascinants des Codex de Nag Hammadi qui mettent en jeu Eve, la femme originelle, se jouant des Archontes. L’enseignement des Mystères présente un événement mythologique et en commente les dénouements. Selon la vision Gnostique, les Archontes/Annunaki tentent assurément de s’hybrider avec l’humanité, mais ils échouent. D’autres traités décrivent comment Eve ne laisse que son “image spectrale” que les Archontes profanent sans, cependant, réussir à saisir son corps réel, c’est à dire le génome humain.

Le “Programme Reptilien” est un développement et une interprétation contemporaines du récit cunéiforme mais il tient pas compte de la version Gnostique de cette histoire et en ignore complètement les commentaires critiques. Le point faible de Sitchin est son incapacité à présenter une argumentation convaincante quant à l’origine et aux motivations des Annunaki et son échec (ou son refus) à en décrire l’apparence physique. La plupart des chercheurs dans le domaine des ET qui le suivent assument que les Annunaki sont des Reptiliens: par exemple, R. A. Boulay dans l’ouvrage “Les Serpents et les Dragons Volants” - un livre excellent d’ailleurs et beaucoup plus fouillé que ceux de Sitchin, sous certains aspects.

Un autre récit du viol manqué d’Eve se retrouve dans “L’Hypostase des Archontes” (CNH II, 4). Ici de nouveau, les enseignements des Mystères présentent des distinctions précises quant à l’influence reptilienne dans l’évolution humaine. Selon les Gnostiques, le serpent dans le Jardin d’Eden fut un allié parce qu’il leur conseilla de consommer du fruit défendu qui éveilla leurs yeux à la perception anormale ou accrue. Le passage dans CNH II, 4, 89.30 affirme que “le principe spirituel féminin vint au travers du serpent, l’instructeur”. Le pouvoir du serpent est connu dans les pratiques mystiques Asiatiques comme la Kundalini, le Serpent de Pouvoir. La forme des Archontes ou Annunaki ET est reptilienne (“draconique” dans le texte des CNH) mais la faculté grâce à laquelle nous pouvons les détecter et les repousser participe de la nature du serpent. Il existe donc une faculté serpentine, don de la divinité, qui est inscrite dans notre structure biologique et dont on trouve un reflet grotesque dans les ET prédateurs. Les Gnostiques enseignaient qu’il nous faut appréhender la première, à savoir notre attribut serpentin bienveillant afin de faire face à la seconde, à savoir l’intrusion des reptiliens.

Voir mon autre essai concernant l’usage de la Kundalini pour repousser l’intrusion extra-terrestre. Voir aussi mon commentaire dans le Plan de Lecture sur l’Evangile de Philippe concernant les enseignements des Mystères relatifs au mysticisme sexuel et concernant l’onction du système immunitaire par la Lumière.

De nos jours, nous entendons les rumeurs les plus insensées concernant les Reptiliens, comment ils nous manipulèrent génétiquement dans les temps anciens, comment ils contrôlent le monde, etc. Malheureusement, la plupart des commentaires sur le Programme Reptilien, même lorsqu’ils tentent de le dévoiler, finissent toujours par faire beaucoup de publicité aux envahisseurs à écailles dont l’influence s’en trouve considérablement surfaite. Les Gnostiques enseignèrent que la signature des Archontes est HAL, le mot Copte pour “simulation”. Ils nous auraient appris, sans équivoque, à distinguer entre ce que les Reptiliens de type ET et les Gris de type embryonnaire peuvent réellement faire d’une part et ce qu’ils ne font que simuler avec la technologie psychophysique de la réalité virtuelle (HAL), d’autre part. La seule possibilité d’élucider ce dilemme est de reconnaître la sagesse émanant des initiés véridiques des Mystères, les hommes et les femmes qui maîtrisèrent le Pouvoir du Serpent, la Kundalini, et qui établirent une distinction très nette entre, d’une part, nos anciens alliés et, d’autre part, les Reptiliens extra-terrestres et leurs cohortes humaines. Il y a toujours eu un corps intrépide de guerriers initiés qui résistent à la stratégie des extra-terrestres sur cette planète, mais le discours courant sur le Programme Reptilien, mené par David Icke, est incapable de reconnaître la nature des cellules des Mystères comme des bastions de résistance et d’immunité à l’invasion extra-terrestre.

Retournons à cette “coïncidence” entre les ouvrages reliés les plus anciens et les récits écrits les plus antiques, à savoir les tablettes cunéiformes, qui traitent du même thème. Le “Programme Reptilien” tient ou ne tient pas selon la façon dont nous considérons les récits cunéiformes, la version la plus ancienne du scénario de l’invasion extra-terrestre, et nous ne pouvons pas nous permettre d’ignorer la déconstruction de ces récits que l’on trouve dans les Codex de Nag Hammadi.

Nous pourrions finalement demander: qui a rédigé les histoires cunéiformes? Ce sont les scribes au service des théocrates Sumériens. Cette réponse n’est pas complète, cependant, parce que les scribes écrivent, ils ne sont pas les auteurs de ce qu’ils écrivent. Qui sont donc les auteurs de ces récits d’intervention? Je proposerai que ce furent les conseillers et les devins au service des théocrates, les tyrans patriarcaux d’antan. Il n’était pas une cour qui fût dépourvue d’un médium, quand ce n’était pas d’un groupe de médiums. Il est très compréhensible de la part des devins, conseillant les théocrates, d’inventer une histoire qui convienne aux besoins de leurs maîtres: et plus particulièrement, le besoin de se prendre pour des descendants des “dieux” et en même temps de se voir comme des esclaves (fussent-ils privilégiés) d’une race supérieure qui prétend les avoir engendrés. Leur message est schizophrénique et comme tel, il est totalement en phase avec les communications transmises par canal médiumnique et avec la mentalité qui les a suscitées.

Le “Second Traité du Grand Seth”, dans les Codex de Nag Hammadi, décrit comment Abraham, Moïses, les Patriarches et même Jésus le Messie, furent leurrés par les Archontes. Nous pourrions appliquer la même observation aux patriarches égomaniaques qui fondèrent les premières cités-états dans le Proche-Orient. Ils acceptèrent le scénario Annunaki, transmis télépathiquement à leurs devins-conseillers, parce qu’il validait leurs pires prétentions et leur octroyait un mandat divin pour leurs programme trop-humains de domination du monde. La situation de la realpolitik globale n’est pas bien différente de nos jours. Les Reptiliens peuvent sembler dominer le jeu mais ce n’est que tant que leurs complices humains leur permettent de conserver l’apparence d’un pouvoir qu’en fait ils ne possèdent pas.

Si les récits cunéiformes ont été transmis, dans l’ancien temps, par canal médiumnique, le Programme Reptilien, à savoir l’élaboration moderne de ces histoires, doit être entièrement réexaminé à la lumière de la théorie Gnostique des Archontes. Si nous voulons faire face à la menace Reptilienne, la première tâche est de clarifier l’histoire.

John Lash. Mars 2005.

Traduction de Dominique Guillet

 

SOURCE : http://www.liberterre.fr/

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×