Clichés des anomalies de MARS

- Clichés des anomalies de MARS -

 

Le Visage de Mars (image Viking)

Le fameux visage de Mars apparaît pour la première fois en 1976 sur un cliché pris par l'orbiteur Viking 1 à une altitude de 1873 km. Le visage est situé dans la région de Cydonia Mensae, par 41° de latitude nord et 12,8° de longitude ouest. Il mesure 2,5 kilomètres de long, 1,5 kilomètres de large et 400 mètres de hauteur. En utilisant différentes techniques de retouche d'image, des individus ont pu mettre à jour une foule de détails auparavant invisibles. Ainsi, il parait que l'on peut apercevoir des détails de la coupe de cheveux (à moins que ce ne soit une coiffe évoquant le némès des pharaons égyptiens), ainsi que des dents au niveau de la bouche ! (Crédit photo : NASA/JPL).

Mesures d'angles dans Cydonia

Des mesures d'angles très complexes ont été réalisées dans Cydonia. On a ainsi retrouvé des constantes mathématiques universelles (comme le chiffre pi) ou des valeurs qui semblent omniprésentes au sein du complexe (comme l'angle 19,5°). En cherchant un peu, on devrait pouvoir trouver la longueur du sandwich que vous avez avalé à midi ! (Crédit pour l'image originale, c'est à dire sans les âneries : NASA/JPL).

Le visage de Mars vu par Mars Global Surveyor le 5 avril 1998

Vu par la caméra haute résolution de Mars Global Surveyor, le visage de Mars a perdu de sa belle prestance. Pour faire ressortir les reliefs, j'ai fait un négatif de l'image originale, qui a ensuite été légèrement éclairci. Cette image a été prise le 5 avril 1998, soit plus d'une vingtaine d'années après celle de Viking 1 (Crédit photo : Malin Space Science Systems/NASA).

Le visage de Mars vu par Mars Global Surveyor le 8 avril 2001

Les amateurs de petits hommes verts, qui s'échinent à voir dans le visage une construction d'origine extraterrestre, ne furent pas convaincus par l'image de Mars Global Surveyor daté du 5 avril 1998. Cette dernière avait été prise en plein hiver, et l'atmosphère laiteuse, chargée de nuages et de brumes, avait pu masquer certains détails essentiels. Le 8 avril 2001, Mars Global Surveyor acquis un nouveau cliché de l'énigmatique formation, en plein été cette fois. Pour réussir la prise de vue et centrer le visage dans le champ de la caméra de Mars Global Surveyor, les ingénieurs ont du incliner la sonde sur le côté d'un angle de 24,8°. Avec une résolution de 1,56 mètres par pixel (contre 43 mètres/pixel pour le meilleur cliché Viking), c'est l'image la plus précise jamais obtenue du visage de Mars. Elle ne montre rien d'autre qu'une colline fortement érodée, sans bâtiments, astroport, voies d'accès ou navettes spatiales. L'altimètre laser de Mars Global Surveyor a de plus permis de créer un modèle en 3D du visage. Sa hauteur, son volume et sa surface sont similaires à celles des autres collines qui abondent dans la région de Cydonia (Crédit photo : Malin Space Science Systems/NASA).

Le visage de Mars imagé par la sonde européenne Mars Express

Vue en 3D du visage de Mars obtenue par la caméra HRSC de la sonde européenne Mars Express. Le cliché, dont la résolution est de 13,7 mètres par pixel, a été pris le 22 juillet 2006 au cours de la 3253eme orbite. Une énième confirmation (s'il en était encore besoin) de la nature purement géologique de cette formation (Crédit photo : ESA/DLR/FU Berlin/Malin Space Science Systems).

Le visage de Mars imagé par la sonde européenne Mars Express

Vue en 3D du visage de Mars obtenue par la caméra HRSC de la sonde européenne Mars Express. Le flanc est montre clairement qu'il s'agit d'une simple butte façonnée par des glissements de terrain. L'ébauche d'un tablier de débris est également visible (Crédit photo : ESA/DLR/FU Berlin/Malin Space Science Systems).

 

Le Dôme (Tholus) (image Viking)

Voici l'une des principales "anomalies" qui accompagnent le visage. Il s'agit du Dôme (Tholus en anglais), un tumulus arrondi sur lequel on peut distinguer, à mi-chemin, une sorte de piste circulaire. Le Dôme serait bien sûr artificiel (Crédit photo : NASA/JPL).

Le Dôme (Tholus) (image Viking)

Le Dôme en 3 dimensions. Si les vues en 3D permettent de se faire une bonne idée de la forme d'un relief, elles ont aussi été utilisées pour renforcer l'aspect artificiel de certaines formations. Ce genre de vues est un bel outil lorsqu'il s'agit de déformer la réalité (Crédit photo : droits réservés).

La Forteresse (The Fort) (image Viking)

La Forteresse (the Fort) se retrouve en bonne place parmi les formations intrigantes qui entourent le visage de Mars. Ce cliché flou a été pris par un orbiteur Viking (Crédit photo : NASA/JPL).

La Forteresse (The Fort) (image Mars Global Surveyor)

Grâce à Mars Global Surveyor, nous connaissons désormais le véritable aspect de la Forteresse. Difficile d'y voir une bâtisse artificielle, ou alors elle a été sévèrement bombardée ! (Crédit photo : Malin Space Science Systems/NASA).

Le Dôme (Tholus) (image Mars Global Surveyor)

Contrairement aux autres formations, l'image du Dôme obtenue par la sonde Mars Global Surveyor est similaire à l'image Viking et la seule différence concerne le gain de résolution. Mais la colline semble cependant parfaitement naturelle (Crédit photo : Malin Space Science Systems/NASA).

Les pyramides d'Elysium

Les premières "anomalies" martiennes ont été découvertes le 8 février et le 7 août 1972 dans la région d'Elysium par la sonde Mariner 9. Sur deux images désormais célèbres (07794853 et 12985882), on distingue une série de pyramides à trois faces. Chaque pyramide possède une base d'environ 3 kilomètres et atteint une hauteur de 1 kilomètre. Ces structures triangulaires ont fait l'objet d'un article dans la revue scientifique Icarus, mais c'est surtout l'astronome Carl Sagan qui les a popularisés dans son ouvrage Cosmos (Crédit photo : NASA/JPL).

La Cité Inca (images Mariner 9 et Mars Global Surveyor)

La "Cité Inca", photographiée par la sonde Mariner 9 en 1972. A l'instar du visage de Mars, cette étonnante structure, située près du pôle sud (latitude 82° S, longitude 67°W), constitue un autre sujet de controverse. En 2002, la sonde Mars Global Surveyor a montré que la Cité Inca fait partie d'une structure circulaire de 86 kilomètres de diamètre (en bas), qui évoque immanquablement un ancien cratère d'impact (comblé par des sédiments puis partiellement exhumé par l'érosion). Les crêtes rectilignes qui constituent la Cité pourraient être des fractures (du socle rocheux ou du matériau ayant enseveli le cratère) comblées par des remontées de laves (dykes). Après son épanchement dans les fissures (qui ont constitué une sorte de moule naturel), les murets de lave ont refroidi et ont ensuite été dégagés par l'érosion (cette dernière ayant attaqué préférentiellement les roches encaissantes plus tendres) (Crédit photo : NASA/JPL).

Le geyser de Leonard Martin

En août 1980, un chercheur du Lowell Observatory, Leonard Martin, publie une étude surprenante. Sur deux images prises à 4,5 secondes d'intervalle par l'orbiteur Viking 1 au-dessus de la région de Sinai Planum (sud de Valles Marineris), on distingue un panache blanc en pleine expansion. Selon Leonard Martin, il pourrait d'agir d'une colonne d'eau ou d'un panache de vapeur émis par un geyser. Pour de nombreux chercheurs indépendants, la NASA n'a jamais voulu reconnaître l'importance de ces deux clichés (Crédit photo : NASA/JPL).

Les Twin Peaks (image Pathfinder)

Ils sont partout ! Le site d'atterrissage de Pathfinder n'a pas échappé aux fanatiques du visage martien. Les deux pics jumeaux (Twin Peaks) seraient le sommet de deux pyramides enterrées sous des tonnes de sédiments ! (Crédit photo : NASA/JPL).

Dernière image de Phobos 2

Les petits bonhommes verts ne se sont pas cantonnés à la surface de Mars, et ils ont aussi décidé d'investir l'orbite martienne. Le 27 mars 1989, la sonde soviétique Phobos 2 s'évanouit brutalement sans laisser de traces, alors qu'elle s'apprêtait à survoler le plus gros des deux satellites de Mars, Phobos. Quelques heures avant sa disparition, le radiomètre infrarouge TERMOSCAN a renvoyé une étrange image. Outre le satellite Phobos, on peut y apercevoir une fine traînée blanche. Pour certains, cette ligne n'était autre qu'un vaisseau spatial martien de belle taille : avec ses 21 kilomètres de longueur, celui-ci n'a rien à envier aux destroyers stellaires de la Guerre des Etoiles ! L'énorme bâtiment immortalisé sur ce cliché aurait été responsable de la perte de la sonde Phobos 2, qui a peut-être été pulvérisée par une salve de batteries turbolasers. Plus sérieusement, il s'agissait simplement de l'ombre de la lune sur la surface de la planète Mars, qui était à ce moment là dans le champ de l'instrument. Ah, quand l'imagination s'en mêle ... (Crédit photo : droits réservés).

Le visage de Mars dans "Mission to Mars"

Pour attirer le public, Brian de Palma n'a pas su résister aux appels du visage dans son dernier film Mission to Mars. On voit ici la célèbre colline telle que les astronautes la découvrent (il faut avouer qu'elle est assez bien représentée). Dans le film, les explorateurs sont attirés par l'étrange pointe blanche qui perce le sommet du monticule (Crédit photo : © Touchstone Pictures. All Rights Reserved).

Le visage de Mars dans "Mission to Mars"

Après nettoyage, voici à quoi ressemble le visage de de Palma. Assez tendance vous ne trouvez pas ? (Crédit photo : © Touchstone Pictures. All Rights Reserved).

Visite du visage de Mars dans le jeu Zak McKracken

Le cinéma n'a pas été le seul à s'appuyer sur la notoriété du visage de Mars pour fasciner les foules. Les jeux vidéo se sont également appropriés ce lieu pour envoûter les joueurs, à l'image du mythique Zak McKracken de LucasArts (Crédit photo : droits réservés).

Littérature de supermarché

De nombreuses personnes restent fermement convaincues que le visage est artificiel et que le gouvernement américain fait tout pour cacher la vérité. Paradoxalement, ces mêmes personnes se voilent la face devant des questions plus terre à terre, comme la véritable motivation des auteurs de certains bouquins. Les livres sur le visage et les anomalies de Cydonia pullulent et les auteurs jouent sur l'ignorance crasse et le manque d'esprit critique du public pour gonfler leur compte en banque. Heureusement pour nous, ces bouquins occupent uniquement (mais pour combien de temps ?) les étagères des librairies américaines (Crédit photo : droits réservés).

Le square central (image Mars Global Surveyor)

Cette image de l'esplanade a été prise par la sonde Mars Global Surveyor lors d'un survol en 1998. D'après nos experts en civilisation extraterrestre, on peut toujours apercevoir quatre pyramides en ruines avec une superstructure nettement géométrique. Les taches blanches seraient dues à la réflexion du Soleil sur des panneaux vitrées. Les pyramides seraient donc constituées de verre ! (Crédit photo : Malin Space Science Systems/NASA).

Pyramides egyptiennes vues par Ikonos

Voici ce que les fans du visage de Mars auraient voulu trouver sur les images de la sonde Mars Global Surveyor : des belles pyramides bien nettes, avec des routes et des habitations. Désappointés par les clichés réels, ils feront appel à leur imagination pour apercevoir malgré tout des structures artificielles. Cette image des pyramides égyptiennes de Gizeh a été prise par le satellite espion civil Ikonos le 17 novembre 1999. La résolution, de 1 mètre/pixel, est comparable à celle des meilleures images de Mars Global Surveyor (1,4 mètres/pixel) (Crédit photo : Space Imaging).

Les monolithes de Mars

Prise le 21 mai 1999, cette image de Mars Global Surveyor montre une série de pyramides sombres, interprétée comme des monolithes noirs dépassant des glaces de la zone boréale (Crédit photo : Malin Space Science Systems/James Fitzhugh).

Le lapin et le crinoïde d'Opportunity !

Terra Meridiani, le site d'atterrissage du rover Opportunity, regorge d'animaux : à gauche un lapin vivant (mais qui finira écrasé sous les roues du rover, selon les dires de certains !) et un crinoïde fossile (dont le sort ne sera pas plus enviable : il sera effectivement réduit en poussière par la ponceuse du robot !) (Crédit photo : NASA/JPL).

Une pyramide de la Cité (image Mars Global Surveyor)

Un agrandissement (au-delà du raisonnable) du sommet de l'une des pyramides de la Cité. L'image provient de la sonde Mars Global Surveyor. Il paraît que l'on voit clairement l'architecture du bâtiment, avec de nombreuses chambres. Quelqu'un peut m'indiquer ou sont les toilettes ? (Crédit photo : Malin Space Science Systems/NASA).

Un quartier résidentiel sur Mars ! (image Mars Global Surveyor)

Un quartier résidentiel extraterrestre situé autour de la Cité, comparé à son homologue américain. Il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, et l'affaire de Cydonia illustre parfaitement cette maxime. Les zigotos qui sont à l'origine de cette étonnante comparaison feraient bien de se rendre compte qu'ils sont tombés bien bas (Crédit pour l'image du haut prise par Mars Global Surveyor : Malin Space Science Systems/NASA).

Des pipelines sur Mars ! (image Mars Global Surveyor)

La je ne sais plus s'il faut rire ou pleurer. Voici en effet des pipelines martiens (rien que ça) à proximité du site d'atterrissage de Pathfinder, dans Ares Vallis. Le pire, c'est que l'auteur de ce montage grotesque ne blaguait sans doute pas ! (Crédit pour l'image du haut prise par Mars Global Surveyor : Malin Space Science Systems/NASA).

Soucoupe volante martienne (image Mars Global Surveyor)

J'ai gardé le meilleur pour la fin : la traditionnelle soucoupe volante, sur une image de la sonde Mars Global Surveyor ! Ils sont pas bêtes les martiens. Pour qu'elle soit bien visible, ils l'ont garé dans Ophir Chasma, l'un des canyons de Valles Marineris ! Qu'en pense Fox Mulder ? (Crédit photo : Malin Space Science Systems/NASA).

8 votes. Moyenne 1.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×